Back to Top

Histoire et sites

 

Histoire

Les Romains n’ont guère laissé dans notre ville que le souvenir très vague d’un certain "Peccus" ou "Pessus", qui aurait donné son nom à Pessac, que certains spécialistes affirment pourtant d’origine celte, voyant dans "Pect" ou "acc" le suffixe gaulois -accum. D’autre part, une villa gallo-romaine aurait été située à Pessac.

Certains experts linguistiques voient dans "Pess" une déformation de "Pisc", faisant penser à poisson. Il nous reste, cependant, du romain quelques noms de sites pessacais, notamment celui de "Canteranne" (chante grenouille), "Tuilerane" (tuile). Les romains avaient déjà aménagé nos pistes gauloises pour leurs besoins de conquérants-occupants, telle que la Levade de la partie landaise entre Pessac et La Teste (Arcachon n’existant par encore) la voie dite romaine, aujourd’hui coupée par la route d’Arcachon et le domaine universitaire.

Pessac fut dominée au IVe siècle par la présence de Clément V (Bertrand de Goth), notre "Pape Clément" dont subsistent encore les grandes parcelles d’un cru non moins célèbre et qui furent fief de l’Archevêché, entre d’autres terres d’Église : Haut-Lévêque, Carmes... Le nom de Pessac n’apparut dans les textes qu’au XIIe siècle.
Commentaire s’inspirant du livre “Histoire de Pessac” (tome 1-2) de Monsieur Raphaël Saint-Orens, historien.

Les sites

L’Orangerie (ou Bagatelle)

26, avenue Roger-Chaumet
L’Orangerie est une partie de la maison Doré du XVIIIe siècle. En 1844, son propriétaire, Monsieur Doré, était directeur aux contributions. Ce bâtiment est inscrit Monument Historique.

Le Moulin de Noès

Avenue de Noès (au bout de la rue Albert Laurenson)
Le moulin est le dernier vestige de la Ferme Expérimentale. Il est né de l’application locale de l’arrêt du Conseil du Roy, du 16 avril 1761, arrêt favorisant le défrichement des terres libres du royaume pour éviter la "disette du grain". Ce monument est situé sur le ruisseau du Peugue. La Ferme Expérimentale ne produisait pas seulement du grain mais élevait également des vers à soie, nourris avec ses mûriers, et formait des valets de chambre dont les meilleurs devenaient propriétaires d’un lopin de terre.
En savoir plus sur le Moulin de Noès

L’Hôtel de Ville

Place de la Ve République - contact : 05 57 93 63 63
Construite au XIXe siècle, située au centre de la commune, place de la Ve République, la mairie a été reconstruite en 1988. Son architecture moderne, en verre, a intégré le passé en conservant le pavillon central en pierre de l’ancienne mairie datant de 1868.

L’Église Saint-Martin

Place de la Ve République
L’Église Saint-Martin, de style roman, a probablement été édifiée au XIe siècle, sur les bases d’une construction gallo-romaine. Du moyen-âge, il ne reste que peu de choses, quelques traces d’anciennes fenêtres sur le mur extérieur ou sous le porche. L’Église, telle que nous pouvons la voir aujourd’hui, date du XVIIe siècle et les agrandissements de 1865. Curiosité : le contraste entre la simplicité rustique de la nef, soulignée par une puissante charpente et la splendeur baroque du rétable en bois doré du XVIIIe siècle.

L’Historial Raphael Saint-Orens

Rue de Camponac (accès par la Médiathèque Jacques Ellul)
L'Historial Raphaël Saint-Orens, installé au Château de Camponac, évoque avec ses objets et ses documents authentiques les grandes étapes de l'évolution de la commune de Pessac.
Raphaël Saint-Orens, un historien local de vieille souche, décédé depuis déjà quelques années, avait tenu à publier l'histoire de la commune en trois tomes afin d'en faire bénéficier ses connaissances et amis pessacais.
À l'Historial, sont présentés :
-   l'étude géologique du sol
-   un aperçu sur la préhistoire et sur l'époque romaine
- un sarcophage du VI° siècle, découvert en 1978 dans le choeur de l'église Saint-Martin
- des objets du XV° siècle jusqu'au milieu du XX° siècle : outils de vieux métiers et souvenirs locaux inédits…
L'association des Amis du beau et du vieux Pessac gère cet Historial, déclaré aux Musées de France, et permet de découvrir un ensemble de dons (outillages de bourrelier, cellier, tonnelier, résinier…) et d'objets précieux retraçant l'histoire de Pessac.
Visites commentées sur rendez-vous au 06 03 48 07 28

La Cité des Castors

Avenues Gandhi, Favreau, Cérésole, allées Payot, Journade, Poulbot…
En 1948, au lendemain de la guerre et alors que sévit une grave crise du logement, 150 jeunes gens, entraînés par Etienne Damoran, jeune prêtre-ouvrier bordelais, se lancent dans une folle aventure : construire de leurs propres mains une "Cité-modèle", voire une société idéale. La Cité des Castors voit le jour à Pessac, dans la banlieue de Bordeaux, dans le Sud-Ouest de la France, au bout de quatre longues années de travaux, et après bien des difficultés. Elle représente non seulement 150 habitations, toutes pourvues d’un confort très en avance sur son époque, mais également une communauté de vie, avec notamment :
- Mise en place d'une coopérative d'approvisionnement alimentaire et de services collectifs (machine à laver "itinérante", bibliothèque, ciné-club), 
- Création d'activités de loisirs (orchestre de jazz, troupe de spectacle "les Variétés Castors"...),
- Autogestion dans l'approvisionnement de l'eau et dans le tout-à-l'égout.
La Cité des Castors est classée Label "Patrimoine du 20e siècle" depuis 2016, par le Ministère de la Culture.
 

Le cimetière de Pessac

Avenue Jean Cordier (entrée principale) Autres accès : rue du Pin Vert, avenue Hector Domecq
Le cimetière de Pessac comporte les tombes de : Henry Frugès, la famille Ducourt, Alphonse César Fleury (rescapé du naufrage de la "Méduse"), Hector Domecq, Alice Héliodore Gallienne (poétesse)...

 

Le long des rues

126, avenue Jean-Cordier
La maison noble de Verthamon est la plus ancienne maison de Pessac. Elle date du XIVe siècle. Des fenêtres à meneaux attestent de son passé moyenâgeux.

102, avenue Roger-Chaumet
Château Ladonne. Villa où Léo Drouyn : historien et dessinateur bordelais venait régulièrement rendre visite à son fils Léon Drouyn.

29, avenue Danglade
Un acte notarié, datant de 1819, stipule que cette habitation nommée "Domaine du Pigeon" était un pavillon de chasse. Par la suite, elle a été transformée en maison de retraite puis en habitation.

22, avenue Pasteur - Castel du Bourg
Construction datant de 1890. Façade dessinée suivant les normes classiques de la Renaissance, son architecture témoigne de l’influence de Viollet-Le-Duc.

3, place de la Ve République
Chartreuse du XVIII ° siècle , dite du Docteur Cazaux, vestige des six maisons bâties autour de la place à cette époque, la plus ancienne maison du centre-ville.

Rue A.-Jaubert et rue Goya - quartier Casino
Villas de style arcachonnais, habitations estivales construites à la « Belle Époque » par des bordelais qui recherchaient le "bon air" de Pessac.

Avenue Pasteur
Cette avenue regroupe près du centre de très belles habitations aux styles variés.

Haut-Lévêque
Le château Haut-Lévèque de style Viollet Leduc, construit en 1901-1903 par Pierre Edouard Baroussel, fabricant de chaussures à Bordeaux..

Cliquez ici pour accéder à plus d'information sur les circuits touristiques

Partager

Nos derniers tweets

Facebook twitter Espace emploi de la Ville de Pessac en partenariat avec Jobi Joba - Lien vers l'espace dédié aux offres d'emploi et de stage proposées à Pessac

 

 

Accès direct