photo du relais
photo du relais

Parole d'acteur

Le Relais

avec Roxanne Lesage, chargée de développement Le Relais

Spécialisé dans la collecte et la valorisation textile, Le Relais est bien implanté à Pessac, avec seize bornes disséminées aux quatre coins de la commune. Le réseau est signataire, avec sept autres acteurs du territoire, de la Charte des solutions durables de Pessac.

Publié le

« Nous sommes partenaires de la Ville depuis neuf ans. Il était logique qu’on adhère à cette Charte. Nous sommes totalement en ligne avec les objectifs environnementaux fixés par la Ville et on dispose de l’équipement pour y répondre » explique Roxanne Lesage, chargée de développement Le Relais. Depuis 2010, seize bornes ont été implantées sur la commune. En 2018, elles ont permis de collecter 125 tonnes de textile (vêtements et linge de maison), chaussures et petite maroquinerie, à raison de deux ramassages par semaine en moyenne. « Un tonnage en augmentation constante d’une année sur l’autre » se félicite Roxanne. Sur ces seize bornes, deux sont mises à la disposition du Secours populaire et de l’ADAPEI, qui en récupèrent le contenu pour financer leurs activités et favoriser l’insertion.

Le textile, un déchet à valoriser

100 % des textiles collectés par Le Relais sont valorisés. 61 % sont revendus en ligne sur la boutique Label Emmaüs, à l’export ou dans l’une des six friperies Ding Fring du réseau. L’une d’elle est ouverte dans le centre de Pessac depuis 4 ans. « Trois types de clients fréquentent les boutiques. Il y a bien sûr ceux qui ont besoin de s’habiller pour pas cher, ceux sensibilisés à la question du réemploi, pour qui acheter un vêtement en seconde main est un acte à la fois écologique et solidaire, et enfin ceux à la recherche de pépites vestimentaires (vintage) » explique Roxanne. Seuls les vêtements en parfait état sont mis en vente, car ils ne sont ni lavés ni repassés ni raccommodés. « C’est pourquoi nous demandons aux gens de ne donner que des vêtements propres et secs et dans des sacs bien fermés afin de les protéger ». Afin de valoriser les textiles abîmés ou troués, le réseau a eu l’idée de lancer en 2007 une gamme d’isolants thermiques et acoustiques pour le bâtiment, conçus à partir de vêtements majoritairement en coton. D’autres encore sont transformés en chiffons et vendus aux industriels. Le reste (3 %) est revalorisé énergétiquement.

 

Production responsable, réinsertion et sensibilisation

En adhérant à la Charte, Le Relais s’est engagé à fournir à la commune un état des lieux complet sur la quantité de textile collecté, sa qualité, etc. et à le valoriser de la manière la moins polluante possible, en optimisant les tournées des chauffeurs par exemple. La réinsertion est son autre cheval de bataille. C’est d’ailleurs elle qui a présidé à la création du réseau il y a 30 ans. Le Relais Gironde emploie aujourd’hui 80 salariés, dont 55 en insertion. « On propose des contrats pouvant aller jusqu’à deux ans, afin de laisser le temps aux salariés de rebondir ». Sensibiliser est enfin un axe partenarial important avec la Ville. L’idée étant de développer des actions du type de celle mise en place il y a quelques années avec les centres sociaux de Pessac pour la customisation des bornes. En septembre, Le Relais participera à l’opération Pessac Propre. « Nous pouvons aussi organiser des collectes mobiles sur des événements et notre centre de tri de Bordeaux-Bacalan ouvre régulièrement ses portes au grand public pour des visites ».

 

www.lerelais.org
Ding Fring - 24, rue André Pujol - 09 54 64 25 29


Cliquez ici pour accéder à cet article sur Le Relais paru dans le journal municipal Pessac en direct n° 137 de juillet-août 2019.